Suivi après la chirurgie

Il est très important qu’un suivi régulier ait lieu par l’équipe médicale qui a pris le patient en charge au départ, ceci pour une période prolongée de plusieurs années. Dans le cas d’une chirurgie restrictive avec anneau de gastroplastie , il y aura une ou plusieurs séances de « resserrage » de l’anneau qui consiste à injecter dans le boîtier situé en sous cutané au dessus de l’ombilic du côté gauche un peu de liquide physiologique. Il est important qu’après chaque resserrage, pendant une à deux semaines, une alimentation totalement mixée et prudente soit reprise.
 

Le premier resserrage est effectué quelques semaines après l’intervention (en général 1 mois après la pose de l’anneau). Les resserrages ultérieurs sont fonction de la vitesse d’amaigrissement et du confort alimentaire ainsi que des souhaits du patient dans une certaine mesure (en général tous les 3 mois environ). Après l’intervention, il y aura également un contrôle clinique systématique fait par le chirurgien un mois après l’intervention. Il sera également réalisé des check-up biologiques (prise de sang) à la fin du troisième, sixième, douzième et dix-huitième mois postopératoires. A ces mêmes dates, il est également demandé de revoir le médecin nutritionniste de l’équipe.
 

La raison de ces check-up est le dépistage de certaines carences pouvant éventuellement survenir après ce type de chirurgie et en particulier d’une anémie. Ceci peut survenir parfois, bien que d’une façon peu fréquente. Une fois que le poids sera stabilisé, à distance de l’opération, il y aura un check-up annuel.  Faut-il enlever l’anneau lorsque le poids idéal est atteint ? Il n’y a pas de réponse unique. La certitude est qu’il n’y a pas de rejet de l’anneau. Il peut être laissé en place toute la vie. Chaque cas est particulier mais malheureusement l’expérience montre que la plupart du temps, lorsqu’on enlève l’anneau, le patient reprend très vite énormément de poids… Il vaut donc souvent mieux le laisser en place. Le patient doit avoir conscience des conséquences potentiellement graves de l’absence de suivi.