Questions fréquentes

Quand faut-il contacter son chirurgien en post-opératoire?

Outre les contrôles post opératoires portés à votre connaissance, vous devez absolument contacter votre médecin si vous constatez par exemple une des situations suivantes :une fièvre persistante; des frissons; des saignements; un gonflement du ventre ou des douleurs qui augmentent; la persistance de nausées ou de vomissements; une toux qui persiste ou des difficultés respiratoires; des difficultés persistantes à avaler des aliments; un suintement de liquide par n’importe quelle incision…

Quand pourrais-je reprendre une activité physique ou sportive normale après une chirurgie de l'obésité sous coelioscopie ? 

Il vous sera demandé de ne pas trop forcer sur votre paroi pendant environ un mois. La reprise progressive et douce d’une activité est cependant conseillée assez rapidement après l’opération.  Il n’est pas seulement important de changer de comportement alimentaire. Il est également important de changer de niveau d’activité physique. On recommande généralement aux patients de commencer lentement. Le mieux est de démarrer par une pratique régulière de la marche, au départ environ 1/2 heure par jour, et d’augmenter progressivement.

Il parait que l'on vomit régulièrement avec un anneau ?

La plupart des patients auront, une ou quelques fois après l’intervention, des douleurs ou des vomissements après une prise alimentaire. Dans la majorité des cas, ceci est lié au fait qu’ils ont mangé trop vite ou trop, tout simplement. En mangeant lentement et dans le calme, les patients apprendront peu à peu à percevoir les signes avant-coureurs au niveau de leur estomac. Il faudra arrêter de manger si l’on ressent une nausée, une douleur ou si l’on vomit. Les vomissements réguliers doivent être un signe d’alarme. Ceux-ci peuvent être causés soit par un comportement alimentaire incorrect, soit un rétrécissement à la sortie de la petite poche gastrique.  On évoquera un anneau trop serré qu’il convient de desserrer et si malgré le desserrage le patient vomit encore, alors il faut évoquer et rechercher une complication de type glissement d’anneau. Les vomissements répétés et réguliers doivent être signalés à l’équipe médicale et la situation doit être corrigée.

La chirurgie de l'obésité est-elle une solution simple pour perdre du poids ?

Non. Tous les chirurgiens de l’obésité vous diront que la chirurgie ne peut pas vous garantir une perte de poids.  C’est au mieux une opportunité qui vous est offerte d’adopter des habitudes alimentaires saines et un style de vie plus sain. Le fait est que même si le chirurgien vous donne un « nouvel estomac » ou un « nouvel intestin », il ne peut pas vous donner de nouvelles habitudes. Ce n’est que vous qui pouvez changer. La chirurgie n’est donc qu’un marche pied vers une nouvelle vie.

La chirurgie de l'obésité est-elle sans risques ?

Absolument pas ! C’est une opération sérieuse comportant de nombreux risques qui est proposée à des patients « peu chirurgicaux » par leur morphotype et fragiles par leur co-morbidités (hypertension artérielle, diabète, cholestérol…). Mais l’important est de mettre en perspective les risques d’une intervention chirurgicale avec le risque de laisser évoluer une obésité morbide non traitée. Une étude américaine récente portant sur une période de 12 années permettant de suivre 330.000 hommes obèses et 420.000 femmes obèses a montré que le taux de mortalité précoce pour les hommes obèses était deux fois plus élevé que la normale et chez les dames obèses diabétiques, le risque de mortalité précoce est augmenté huit fois. D’autres études ont montré que le groupe d’hommes porteur d’une obésité sévère âgés de 25 à 34 ans avaient un risque 1200% plus élevé de décéder prématurément alors que le groupe 35-44 ans ont un risque augmenté de 600%.  Un des buts de l’évaluation pluridisciplinaire pré-opératoire est de mettre en balance les risques liés à l’intervention et les risques d’évolution spontanée d’une obésité non traitée afin de prendre la meilleure décision thérapeutique pour le patient.

J'ai un anneau gastrique, est-ce que je risque d'être ré-opérée ?

Un certain nombre de patients vont nécessiter une réintervention. Les patients doivent comprendre que la probabilité d’une réintervention qui est de l’ordre de 10% fait partie intégrale de la prise en charge générale de l’obésité morbide. Une réintervention doit être considérée comme une mesure technique quelquefois nécessaire et non pas être considérée comme des échecs de la méthode. Il peut s’agir d’un retournement de boîtier, un glissement d’anneau, une déconnection de cathéter… La plupart du temps, les problèmes peuvent être corrigés par une réintervention simple et on peut repartir après celle-ci sur une bonne base.

Quelles sont les complications classiques de l'anneau gastrique ?

Les complications classiques de l’anneau gastrique par cœlioscopie sont fréquentes mais souvent peu graves. Environ 10 à 20% des patients auront besoin d’une ou plusieurs nouvelles interventions pour régler ces problèmes qui incluent un glissement de l’anneau (slippage), un retournement du boîtier, une désinsertion du cathéter, un retournement du boîtier… Durant les interventions, il existe un risque de conversion (nécessité de devoir ouvrir plus grand la cavité abdominale). Des complications plus graves peuvent exister mais restent peu fréquentes incluant des fistules par plaies digestives, des occlusions digestives, des hémorragies (saignements) … On estime à 5% le risque d’infection sur les cicatrices pouvant parfois aboutir à une infection ascendante du cathéter puis de l’anneau pouvant nécessiter sa dépose

Quelles sont les complications classiques du By-pass gastrique ?

Les complications classiques du By-pass gastrique par cœlioscopie incluent des fistules anastomotiques chez 1,9% des patients (fuites sur les coutures digestives), des occlusions digestives dans 2,5% des cas, des hémorragies (saignements) chez 1,1% des patients… Il existe un risque de conversion pendant l’intervention (nécessité de devoir ouvrir plus grand la cavité abdominale). En période post-opératoire, il existe un risque de devoir réopérer le patient, éventuellement en urgence, en cas de mauvaise évolution (fièvre, douleur, choc…). A distance, on peut retrouver comme complications l’apparition de calculs dans la vésicule biliaire, des hernies et éventration et un déficit nutritionnel par absorption inadaptée de vitamines et minéraux. Un risque de mortalité péri-opératoire existe, de l’ordre de 0,1% dans les séries de la littérature.

Quelles sont les complications classiques de la Sleeve gastrectomy ?

Les complications classiques de la sleeve gastrectomy par cœlioscopie incluent elles aussi des fistules anastomotiques (fuites sur les coutures digestives), des occlusions digestives, des hémorragies … Pendant l’intervention, il existe un risque de conversion (nécessité de devoir ouvrir plus grand la cavité abdominale). En période post-opératoire, il existe un risque de devoir réopérer le patient, éventuellement en urgence, en cas de mauvaise évolution (fièvre, douleur, choc…). Une complication propre à la Sleeve est le risque de gastroplégie (paralysie de l’estomac) avec vomissements qui cède généralement spontanément au bout de quelques jours. Le risque de fistule post-opératoire (principalement sur la rangée d’agrafes de la gastrectomie) est de 2 %. Ce risque est plus important (5%) si le patient a déjà eu un anneau ou une autre chirurgie de l’obésité comme l’agrafage de Mason dans le passé. Le temps de cicatrisation de ces fistules varie de quelques jours à plusieurs mois… Dans ce cas, une ré-intervention ou plus sont parfois nécessaires éventuellement complétées par la pose d’endoprothéses (petits tuyaux positionnés dans l’estomac) mis en place par la bouche par des gastro-entérologues afin d’accélérer la cicatrisation. En parallèle, toute alimentation est supprimée par la bouche; le patient étant nourri par les veines. Chose moins agréable, il peut également être laissé en place une sonde gastrique par le nez et ce jusqu’à cicatrisation complète.

J'ai déjà eu une chirurgie de l'obésité. C'est un échec. Est-il possible de bénéficier d'une nouvelle opération ?

En principe oui, mais votre cas devra être bien évalué pour vous proposer le « meilleur traitement ». La réalisation d’une seconde procédure de chirurgie bariatrique restrictive ou malabsorptive est indiquée en cas d’échec de la chirurgie bariatrique ou de dysfonctionnement du montage chirurgical. On recherchera pourquoi y a t’ il eu échec, doit-on refaire la même technique (anneau par exemple) ou changer de technique (sleeve ou by-pass gastrique ?).  Il sera possible de proposer une nouvelle intervention même si les critères d’IMC (BMI) ne sont pas respectés. Dans ces cas, l’IMC à prendre en compte est l’IMC maximal documenté. Un IMC inférieur à 35 kg/m² ne contre-indique pas la réintervention. Par exemple une reprise de poids à 70kg lié à une complication de l’anneau (glissement) ne nécessitera pas d’atteindre 120kg pour être ré-opéré. Cependant, la prise en charge des patients en vue d’une seconde procédure de chirurgie bariatrique sera réalisée au sein d’équipes pluridisciplinaires de manière identique au bilan recommandé lors d’une intervention initiale. En cas de réalisation d’une seconde procédure de chirurgie bariatrique restrictive ou malabsorptive les risques de complications et de réinterventions sont plus élevés que celui des interventions initiales.

Concernant la coelioscopie, j'ai entendu dire que quelqu'un déjà opéré en chirurgie traditionnelle, donc ayant des cicatrices sur le ventre, n'était pas opérable par coelioscopie. Qu'en est-il ?

Tout dépend de l’expérience de l’opérateur. Le plus fréquemment, l’intervention pourra se faire quand même par coelioscopie mais, à nuancer par le fait qu’il est cependant exact que l’opération est alors souvent moins simple et peut parfois contraindre le chirurgien à “ouvrir en grand”.

Il m'a été dit que les patients souffraient souvent des épaules les premières heures après l'opération. Qu'en est-il ?

Effectivement ce type de douleur existe parfois et dure au maximum 24 à 48heures. Cela est dû aux gaz insufflés dans la cavité abdominale pendant l’opération, qui en s’éliminant irritent le diaphragme et les nerfs phréniques.  Ces douleurs répondent assez bien aux antalgiques simples qui vous seront prescrits.

Doit-on être suivi après une chirurgie de l'obésité ?

Le suivi médical est impératif ! Il conditionne le résultat et l’absence de complication. Le suivi après gastroplastie doit être à un mois pour ajuster le diamètre de serrage et tous les 3 mois la première année (période d’amaigrissement maximal). Un suivi mensuel puis trimestriel est recommandé les deux premières années pour un by-pass.

Je suis porteur d'un anneau et je souffre de remontées acides nocturnes (reflux). Qu'en penser?

La période séparant votre fin de repas de votre passage au lit est probablement trop courte; elle devrait respecter un intervalle d’au moins 2 à 3 h.  Si il n’y a toujours pas d’amélioration après respect de cet intervalle, on évoquera un anneau trop serré et il conviendra de le desserrer et éventuellement vous prescrire un anti-sécrétoire type IPP. Si les brûlures persistent, il faudra évoquer une dilatation de l’œsophage ou un glissement d’anneau par la réalisation d’une radiographie (TOGD).

Combien de temps doit -on garder l'anneau  gastrique après avoir atteint le poids idéal?

La certitude est qu’il n’y a pas de rejet de l’anneau. Il peut être laissé en place toute la vie. Faut-il l’enlever lorsque le poids idéal est atteint ? Il n’y a pas de réponse unique. Chaque cas est particulier mais malheureusement l’expérience montre que la plupart du temps, lorsqu’on enlève l’anneau, le patient reprend très vite énormément de poids… Il vaut donc souvent mieux le laisser en place.

Une grossesse est-elle possible avec un anneau gastrique?

Oui, une grossesse est tout à fait possible. Mais au cours du 1er trimestre il y a fréquemment des vomissements  importants liés à la modification hormonale de la femme enceinte et il faut alors impérativement desserrer complètement l’anneau qui peut bien entendu être laissé en place. Le resserrage pourra avoir lieu immédiatement après l’accouchement. La présence d’un anneau ne modifie en rien le schéma de surveillance habituel de la grossesse. Une supplémentation en fer, folates, vitamines B12 et D doit être systématique pendant la grossesse chez une femme porteuse d’anneau ou ayant eu une autre chirurgie de l’obésité (bypass, sleeve…). Il faut savoir plus généralement que l’obésité est en soit une possible source d’infertilité. Maigrir peut alors faciliter une future grossesse. Donc attention à bien prendre un moyen de contraception surtout les premiers mois en phase d’amaigrissement après une chirurgie de l’obésité quelque qu’elle soit !

Une grossesse est-elle possible avec un by-pass gastrique?

Une grossesse est tout à fait possible mais ne saura être conseillée qu’au minimum 2 ans après la réalisation du bypass. En particulier à cause de la  malabsorption liée au bypass et aux risques carentiels tant chez la mère que chez l’enfant. A l’issue de cette période et sous surveillance médicale et nutritionnelle rapprochée, le risque de complication lors de la grossesse apparaît faible et acceptable.

Il parait que perdre du poids peut faire perdre les cheveux ?

Certains patients ont présenté, au cours des six premiers mois suivant la chirurgie, une chute des cheveux accélérée. Cela est lié à la période d’amaigrissement important. Cependant, ce phénomène ne conduit jamais à la calvitie ; il disparaît avec la stabilisation de la courbe pondérale et une repousse normale des cheveux est acquise alors.

Peut-on prendre tout les médicaments avec l'anneau gastrique ?

Tous les comprimés doivent si possible être fragmentés en petits morceaux ou écrasés avant d’être absorbés avec de l’eau. Vérifiez sur la notice du médicament s’il peut être écrasé ou ouvert. Par ailleurs, il est très fréquent que des modifications surviennent dans les doses de médicaments nécessaires concernant les différentes pathologies relatées à la surcharge pondérale, telles que l’hypertension, le diabète, l’asthme ou d’autres maladies, après l’intervention, pendant la période de réduction pondérale rapide. Les patients doivent, à ce sujet, être régulièrement vus par leur médecin traitant.

L'anneau entraîne t-il une constipation ?

Beaucoup de patients vont se retrouver constipés après la chirurgie. Ceci est essentiellement lié au fait que la réduction des apports alimentaires conduit à une réduction du bol alimentaire et des selles, ceci étant donc un processus tout à fait normal. Si des laxatifs semblent nécessaires, il est souhaitable d’utiliser  des laxatifs liquides comme le Lactulose (Duphalac *, Importal *).

De combien de kilos peut-on maigrir avec l'anneau gastrique ou avec le by-pass ?

L’anneau gastrique aide à perdre environ 50 à 60 % du surpoids sur un an si les consignes sont respectées (à savoir : éliminer le grignotage compulsif notamment le « sucré » et être bien suivi sur le plan nutritionnel, chirurgical et éventuellement psychologique.)Le gastric by-pass aide à perdre environ 70 à 80 % de l’excès de poids sur 12 à 18 mois, également sous suivi nutritionnel notamment la première année, afin d’éviter toute carence.

Docteur, je suis de plus en plus gêné par l'excès de peau qui pend au niveau de mon ventre, de mes cuisses, de mes bras ou de ma poitrine. Quand espérer une chirurgie réparatrice ?

En principe il est conseillé d’attendre 1 an 1/2 à 2 ans ce qui correspond à la période pendant laquelle votre « nouveau poids » devrait se stabiliser. Ensuite vous pourrez consulter un chirurgien expérimenté dans ces interventions. En cas de perte de poids massive, ces interventions dites « esthétiques » sont prise en charge par la sécurité sociale sous réserve de l’accord du médecin conseil de la CPAM dans le cadre d’une demande d’entente préalable.  

Ballon intra gastrique ? Qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’une technique consistant en un positionnement par gastroscopie (par la bouche) d’un ballonnet siliconé gonflé par une solution saline (400 à 800ml) dans la cavité gastrique. Le ballonnet agit  en accélérant la sensation de plénitude gastrique chez les patients obèses. De ce fait, cette technique peut permettre d’aider de manière ponctuelle les patients à restructurer leur habitudes alimentaires, ou bien à faciliter une intervention chirurgicale ultérieure par l’amélioration des conditions anatomiques. La durée de vie du ballonnet est de 3 à 6 mois. L’élimination du ballonnet, une fois sa durée de vie révolue, se fait par les selles avec un taux non négligeable d’occlusions intestinales. A noter qu’il s’agit d’une technique qui n’a pas encore trouvé sa place dans la prise en charge « classique » de l’obésité et qu’elle n’est pas remboursée par la sécurité sociale. La pose du ballon est réalisée par des médecins gastro-entérologue et non pas par des chirurgiens.

Quelle est la durée de l'arrêt de travail après chirurgie de l'obésité?

La durée d’arrêt des activités professionnelles de 10 jours à 3 semaines est à discuter en consultation préopératoire en tenant compte du cas particulier de chaque patient et de la nature de son travail. L’activité sportive peut, en général, être reprise au bout de 1 mois après l’intervention.

Je bénéficie de la CMU (Couverture Médical Universelle), puis-je me faire opérer d'un anneau gastrique?

Les patients bénéficiaires de la CMU ont les mêmes droits que tous les autres patients. Vous pouvez donc avoir un bilan d’évaluation pluridisciplinaire qui, seul, déterminera si vous pouvez vous faire opérer. Concernant les honoraires médicaux, comme le précise la loi, il n’y a pas de dépassement d’honoraire pour les patients bénéficiaires de la CMU.

Peut-on boire de l'alcool après une chirurgie de l'obésité ?

L’alcool, sous quelque forme que ce soit, est riche sur le plan calorique et facile à prendre. Un apport conséquent d’alcool est donc contre-indiqué vis-à-vis du but de l’intervention. Un verre de vin ou de boisson similaire à des occasions particulières, n’est pas forcément interdit. Beaucoup de patients cependant vont trouver après l’opération qu’ils ne peuvent plus supporter l’alcool. Ceci peut être lié au fait que l’alcool réduit le taux de sucre dans le sang. Celui-ci peut, à la suite de l’intervention être déjà bas au départ et une réduction supplémentaire de ce taux de sucre dans le sang lors de la prise d’alcool va donc être quelque chose que les patients auront du mal à supporter. Il faut donc être prudent vis-à-vis des boissons alcoolisées après la procédure chirurgicale.

Existe-t-il un âge limite pour se faire opérer de l'obésité ?

La chirurgie bariatrique n’est en principe pas indiquée chez les mineurs, ni chez les sujets âgés de plus de 60 ans. Les données actuelles ne permettent pas d’établir le rapport bénéfice/risque de la chirurgie bariatrique au-delà de 60 ans. Après 60 ans, l’indication doit être posée au cas par cas en fonction de l’âge physiologique et des comorbidités associées

Je viens de bénéficier de la pose d'un anneau de gastroplastie mais je ne perds pas de poids et ne ressens pas de frein à la prise alimentaire...Est-ce normal ?

Oui. Au départ de la procédure chirurgicale, l’anneau n’est pas gonflé. Il est donc fréquent que les patients signalent qu’ils ne ressentent que peu de modifications lors de l’absorption de liquide, notamment. Ceci est normal et ne sera modifié que lorsque le patient aura subi le premier resserrage, qui en règle a lieu quelques semaines après la procédure.

Il parait que le bypass gastrique et la sleeve améliorent le diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est toujours amélioré par la baisse du poids. En cas de gastroplastie, ou de simple régime, l’amélioration du diabète  suit la baisse de poids. Chez les patients ayant bénéficié d’un bypass ou d’une sleeve, l’amélioration du diabète est beaucoup plus rapide. De nombreuses études sont en cours pour essayer de trouver l’origine de ce mécanisme (incrétines, diminution de l’insulino résistance ?).